Pas de berceuse pour Fanny. (Sophie HANNAH)

Publié le par Les bonheurs de Sophie

Alice Fancourt est mariée au riche et séduisant David dont la première épouse est morte après avoir été sauvagement agressée. Il a un fils de 6 ans, Felix. Ils habitent tous dans la grande demeure de la mère de David, Vivienne, une femme riche et autoritaire qui décide de tout, et mène son petit monde à la baguette. Alice accouche de son premier bébé, une petite fille, Fanny. Quinze jours après sa naissance, elle se rend au centre de fitness où l’a inscrite sa belle-mère. Elle se force à laisser son bébé sous la garde de son mari. À son retour quelques heures plus tard, Alice découvre, effondrée, un autre nouveau-né à la place de sa fille. Elle appelle la police. Tout le monde la prend pour une hystérique. Serait-ce une grave crise de dépression post-natale ? Un jeune détective de police est le seul qui semble croire Alice. Il reprend l’enquête sur la mort de la première épouse de David. Certes, on a trouvé un coupable qui a avoué et qui a été condamné, mais tout cela semble bizarre. David se transforme sous les yeux d’Alice. Il la harcèle psychologiquement, l’humilie, l’oblige à se baigner nue, à se couper les cheveux, à manger par terre comme un chien… Elle ne veut toujours pas croire que le bébé est le sien, alors que lui prétend que le bébé qu’il surnomme « Frimousse » est bien sa fille. Puis Alice disparaît avec le bébé. Simon, le détective, est désormais persuadé que David a tué sa première épouse qui voulait l’empêcher de voir leur fils. Aurait-il aussi tué Alice ? Ou bien Alice a-t-elle tout inventé ? Dans quel but ?

J'attendais beaucoup de ce livre car je trouvais le thème assez terrible. Et puis, en préface, il y a plein de commentaires élogieux de la presse anglaise, qui va même jusqu'à dire que c'est LE polar de l'année.
On suit la descente aux enfers d'Alice, épouse soumise prise dans les griffes d'un mari riche à tendance sadique et d'une belle-mère castratrice.
A peine revenue de la maternité soit dès les premières pages, le bébé disparaît ou plutôt il est substitué à un autre si on en croit Alice. J'ai trouvé qu'i ne se passait pas grand chose jusqu'à une bonne moitié du livre. Alice pleure beaucoup et subit, à tel point qu'elle m'a profondément énervée. Comment peut-on se laisser faire de la sorte ? Ok son mari use d'un chantage pseudo affectif pour la garder sous sa coupe mais quand même ! A un moment donné faudrait arrêter de chouiner et réagir !!
Alice est "aidée" par la police qui a bien du mal à croire à son histoire. Heureusement, un inspecteur qui tombe plus ou moins amoureux d'elle secrètement , va commencer à se poser les bonnes questions.
La 2ème moitié du livre est à peine plus nerveuse pour se terminer par une pirouette peu crédible.
Tout ça pour ça!
Vous l'aurez compris, je me suis limite ennuyée et je suis déçue car je m'attendais à bien mieux !

Publié dans La vache qui lit

Commenter cet article

gilles caillot 21/02/2009 20:49

Bravo pour ton blog...
La classe chère sophie.
Bises

Les bonheurs de Sophie 21/02/2009 22:19


C'est gentil Gilles, et ta visite me fait très plaisir merci !
Je te réserve quelques pages pour de futurs critiques élogieuses


Les lutines 21/02/2009 19:42

bon alors je ne l'ajoute pas à ma PAL...
merci pour tes critiques littéraires!!

Les bonheurs de Sophie 21/02/2009 22:22


De rien c'est agréable de pouvoir partager ! Par contre , mon avis est purement subjectif et n'engage que moi bien sûr, je suis certaine que ce livre plaira à
beaucoup...


Isa (Laura du forum) 21/02/2009 17:15

bon finalement le point positif dans tout ça c'est qu'on va faire des écomnomies en ne l'achetant pas !