La princesse des glaces. (Camilla LACKBERG)

Publié le par Les bonheurs de Sophie

Erica Falck, trente-cinq ans, auteur de biographies installée dans une petite ville paisible de la côte ouest suédoise, découvre le cadavre aux poignets tailladés d'une amie d'enfance, Alexandra Wijkner, nue dans une baignoire d'eau gelée. Impliquée malgré elle dans l'enquête (à moins qu'une certaine tendance naturelle à fouiller la vie des autres ne soit ici à l'œuvre), Erica se convainc très vite qu'il ne s'agit pas d'un suicide. Sur ce point - et sur beaucoup d'autres -, l'inspecteur Patrik Hedström, amoureux transi, la rejoint. A la conquête de la vérité, stimulée par un amour naissant, Erica, enquêtrice au foyer façon Desperate Housewives, plonge clans les strates d'une petite société provinciale qu'elle croyait bien connaître et découvre ses secrets, d'autant plus sombres que sera bientôt trouvé le corps d'un peintre clochard - autre mise en scène de suicide. Au-delà d'une maîtrise évidente des règles de l'enquête et de ses rebondissements, Camilla Läckberg sait à merveille croquer des personnages complexes et - tout à fait dans la ligne de créateurs comme Simenon ou Chabrol - disséquer une petite communauté dont la surface tranquille cache des eaux bien plus troubles qu'on ne le pense.

Ce livre m'a attirée pour plusieurs raisons : c'est un polar, il vient du froid (Suède) et généralement j'aime beaucoup ( cf A. INDRIDASON), il est publié dans une belle collection et la couverture est magnifique. Ca faisait donc pas mal de bonnes raisons  pour le lire.
Alex est retrouvée morte, dans sa baignoire d'eau gelée, telle une princesse des glaces. C'est son amie d'enfance, Erika, aujourd'hui écrivain qui mène l'enquête .Elle n'a jamais compris pourquoi Alex s'est éloignée d'elle brutalement plusieurs années auparavant. Elle décide donc de comprendre ce qui a bien pu la pousser à agir de la sorte. L'action se déroule dans un petit village  où tous se connaissent, s'épient, s'aiment ou se détestent et où les apparences comptent plus que tout. On est confrontés à l'amour, la haine, la jalousie, la violence domestique, les nons-dits ... L'humour est également présent car Erika a un côté Bridget .
Le résumé évoquait un univers à la Chabrol ou Simenon (que j'adore tous les 2) et c'est tout à fait ça. C'est assez réaliste. Même s'il y avait peu de surprises  et que j'avais compris assez vite de quoi il retournait, j'ai adoré et je lirai la suite très vite ( le prédicateur ).
Un grand merci à Isa de m'en avoir fait profiter !

Publié dans La vache qui lit

Commenter cet article

Les lutines 27/03/2009 21:22

ce livre me tente et m'a tout de suite fait penser à ce livre
la captive de l'hiver de Brussolo
pourtant l'intrigue n'est pas la même...

Les bonheurs de Sophie 27/03/2009 21:50


J'ai déjà lu plusieurs livres de Brussolo mais je ne connais pas celui-là, je vais tout de suite me renseigner ! Merci ...


Minas Noire 27/03/2009 20:58

Intéressant ! Un souhait en plus dans ma liste !