La femme qui en savait trop. (Tom BALE)

Publié le par Les bonheurs de Sophie



Dans le petit village où Julia vient d'arriver pour vider la maison de ses parents qprès leurs décès, c'est le chaos. Un tireur pris de folie meurtrière est en train d'abattre tous les habitants. Résultat: 14 morts. Julia est l'une des rares survivantes. Pour la police, bien que sous le choc, l'affaire est close, l'assassin se serait suicidé. Mais Julia connaît la vérité, elle a vu le deuxième tueur. Seulement personne ne veut la croire et surtout, maintenant lui aussi sait que Julia existe...

Julia vient de perdre ses parents, décédés dans de mystérieuses circonstances et vient dans le petit village où ils vivaient pour faire le tri de leurs affaires. Elle assiste alors à un véritable massacre et elle est elle-même laissée pour morte. Elle a néanmoins pu voir les auteurs de cette tuerie même si l'un des deux se cachait sous un casque de moto. De ce fait, elle ne peut l'identifier. Avec l'aide d'un journaliste, Craig, dont le père est une victime de la tuerie et qui s'est sacrifié pour lui sauver la vie, Julia va tenter de faire la lumière sur cette affaire et comprendre les raisons de ce massacre.

Ce livre raconte la traque de Julia par le tueur dont on ne connaît pas la véritable identité, et l'auteur fait en sorte de nous faire suspecter les différents protagonistes chacun leur tour. Rien de très original, des ficelles un peu grosses, une fin où tout se recoupe comme par magie et surtout le personnage de Julia digne d'un super-héros. En effet, qui pourrait, blessée comme elle l'est, être malmenée physiquement toutes les 10 pages et se relever pour continuer ...
Je l'ai lu sans ennui mais pas de quoi crier au génie !

Publié dans La vache qui lit

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Chère Sophie,

Comme toi, ce petit polar ne m'a pas convaincu. Je me suis enlisé au fil des chapitres, dans une histoire manquant singulièrement d'originalité. Le fameux Kendrick ressemble comme deux gouttes d'eau à son compagnon de cellule, les parents de ce dernier n'y voyant bien sûr que du feu, difficile à imaginer. Je suis toujours étonné qu'un écrivain puisse penser, que le monde soit si petit! aussi vite lu, aussi vite oublié. Félicitations pour ton blog, à bientôt!
Répondre
F
Bonjour j'ai une petite question :p... Quel message écrit Craig dans le sable?
C'est très important merci de répondre :)
Répondre
I
hum ! hum.... !! voici un joli commentaire n'est ce pas ?!!!
Répondre
L

J'adore ton commentaire Isa ! Du genre à faire avancer le schmilblick !


I
Le résumé me donne envie, mais ton avis me refroidit... j'ai envie d'essayer quand même... merci pour ta critique Sophie !
Répondre
L

Tente le Ingrid, il n'est pas mauvais non plus , et puis j'aimerais avoir ton avis éclairé !