La bête. (Anders ROSLUND et Borge HELLSTROM)

Publié le par Les bonheurs de Sophie

La bête

 

Certains crimes méritent-ils vengeance ? Lorsque Bernt Lund parvient à s'évader du quartier pour délinquants sexuels de la prison d'Aspsås, le commissaire Ewert Grens et son adjoint Sven Sundkvist, de la police de Stockholm, craignent le pire. Quatre ans auparavant, Lund a en effet violé et assassiné deux fillettes, sans jamais manifester le moindre remords pour ses actes. Leurs peurs se révèlent fondées : le corps d'une enfant est retrouvé peu de temps après dans un bois, portant la signature de Lund. Tandis que la nation entière s'indigne de l'impuissance des autorités face au meurtrier en fuite, Fredrik, le père de la petite victime, décide de se faire lui-même justice... Thriller d'une noirceur absolue, réflexion magistrale sur la notion de justice, La Bête est le premier titre publié en France d'une série culte en Scandinavie. Traduit en une dizaine de langues, le roman a reçu en 2005 la Clé de verre, la plus haute distinction du polar nordique, décernée, entre autres, à Henning Mankell et Stieg Larsson.

Anders Roslund a longtemps été journaliste avant de se consacrer à l'écriture. Victime d'abus sexuels dans son enfance, familier des institutions pénitentiaires pour y avoir fait plusieurs séjours, Börge Hellström est l'un des fondateurs d'une association de réinsertion d'anciens détenus. Roslund et Hellström sont considérés comme les deux figures de proue de la nouvelle génération du polar suédois.

Ce livre est sans concession. Il est noir, très noir ! L'écriture est ciselée et va droit au but. Pas de fioriture juste l'horreur dans toute sa splendeur. La pédophilie n'est pas un sujet facile à traiter et la transcription très réaliste de certains faits pourront choquer certaines personnes non avisées.
En parallèle, les auteurs posent les questions de Peut-on faire justice soi-même? Le père justicier doit-il être considéré lui aussi comme un criminel au même titre que le pédophile assassin de sa fille? Etait-ce de la légitime défense car il a permis de sauver la vie d'autres enfants que le pédophile s'apprêtait à tuer ?
De vraies questions qui portent à réflexion et on ne peut s'empêcher de se demander où on se situe tout au long du livre.
L'univers carcéral des prisons suédoises est lui aussi très bien décrit et on assiste à l'engouement passionnel pour cette histoire de toute une population en quête de ce qu'elle croit être la justice.
J'ai beaucoup aimé ce livre fort et éprouvant.

Publié dans La vache qui lit

Commenter cet article

Isa 30/08/2009 13:32

Toi et Ingrid m'avez convaincue ! je le lirais c'est sur ! hein oui ?!!!!