Bonne nuit, mon amour. (Inger FRIMANSSON)

Publié le par Les bonheurs de Sophie

Bonne nuit, mon amour

Justine Dalvik, la quarantaine, vit retirée dans la maison de son enfance, au bord du lac Mälar en Suède, où elle puise la force indispensable pour survivre aux drames de son passé : la mort précoce de sa mère, la haine de sa belle-mère, la perversité de ses camarades de classe... Et voici qu'une malédiction semble s'abattre sur les membres de son entourage qui disparaissent dans des circonstances aussi mystérieuses que tragiques : un homme atteint par une fléchette empoisonnée, une femme retrouvée dans une mare de sang... Pourquoi le sort s'acharne-t-il ainsi sur Justine ? Connaîtra-t-elle un jour la paix intérieure, l'amour véritable ? Jusqu'où votre compassion pour cette âme torturée pourra-t-elle aller ?

 

Justine n'a pas "la baraka", c'est le moins que l'on puisse dire. Sa mère est morte alors qu'elle était toute petite, son père s'est remarié avec Flora, une belle femme qui voit Justine comme une rivale et qui lui fait les pires misères. Parallèlement, Justine est aussi le souffre-douleur de ses camarades de classe qui ne ratent jamais une occasion de l'humilier et se moquer de ses rondeurs. Très jeune, elle est enceinte mais son bébé ne survit pas. Son père qui est une des seules personnes à lui donner de l'amour décède à son tour d'une crise cardiaque.

Devenue adulte, Justine tombe amoureuse de Nathan, mais celui-ci disparaît lors d'une expédition dans la jungle. Flora est restée à l'état végétatif après une attaque et Berit, une des anciennes camarades tortionnaires de Justine, vient lui rendre visite, en quête de rédemption. Seule lueur dans cette avalanche de coups du sort, Justine tombe follement amoureuse d'un homme tout à fait ordinaire mais qui la rassure : Hans Peter.

La mort est omniprésente tout au long du roman et dans la vie de Justine. Contrairement au titre qui est rose bonbon on est ici dans le noir, très noir. L'oiseau noir, protecteur de Justine renforce l'atmosphère inquiétante du roman et la Suède et son climat rude glacent encore un peu plus l'ensemble. On suit la jeunesse de Justine puis sa vie d'adulte, on est spectateur de ses souffrances, de ses blessures psychologiques et de son basculement. J'ai éprouvé différents sentiments à l'égard de Justine : incompréhension, compassion, pitié ou encore empathie. Alors, Justine est-elle victime ou bourreau ? Cette accumulation de morts ou de disparitions résulte t-elle vraiment du hasard ?

Je ne répondrai évidemment pas à cette question...

Ce roman est particulier. Pas de rebondissements à toutes les pages mais un vrai suspense et une fin qui n'en est pas vraiment une, et pour cause ! Inger Frimansson a écrit une suite à l'histoire de Justine à paraître en février: L'ombre dans l'eau, que je lirai sans hésitation.

Un excellent moment de lecture que je dois à Babelio dans le cadre de Masse critique et à First Editions que je remercie sincèrement.

 

L'avis enthousiaste de Paul Arre.

 

   Livres contre critiques

 

Publié dans La vache qui lit

Commenter cet article

pyrausta 17/03/2011 13:20


je vais tâcher de le trouver avant de lire sa suite


Paul Arre 02/02/2011 02:01


C'est mignon comme expression, mais j'ai toujours eu tendance à l'interpréter comme "la championne de la bonne quiche maison"!
Ah bin, je suis un homme... j'ai un 2e estomac à la place du cerveau ;-)


Paul Arre 25/01/2011 04:02


"La reine des quiches", haha ça faisait longtemps que je n'avais pas entendu/lu cette expression! :-D

Super que le roman t'ai plu! Il est pas mal original, noir limite glauque. Je suis curieux de voir ce que va donner L'Ombre dans l'eau. A bientôt!


Les bonheurs de Sophie 25/01/2011 20:33



Moi aussi j'ai hâte de lire la suite !


Quant à la reine des quiches j'adore cette expression.



Valérie 20/01/2011 16:02


Dans un mail de Babélio, tu as dû recevoir un lien vers une vignette qui présente le livre. regarde ma Bd de mercredi, j'ai mis la mienne (bon, j'ai eu un peu de mal, j'ai dû bidouiller un peu)!
c'est pour ça que je te taquine!


Les bonheurs de Sophie 20/01/2011 16:05



Ok je regarde Val, merci de la précision. Si tu as galéré, qu'est-ce que ça va être pour moi !!



Valérie 20/01/2011 15:32


ouh vilaine, t'as pas mis la petite vignette Babélio correspondant au livre!


Les bonheurs de Sophie 20/01/2011 15:53



C'est à dire Val ?? je dois dire que je suis la reine des quiches pour insérer des vignettes ou autre !