Hypothermie. (Arnaldur INDRIDASON)

Publié le par Les bonheurs de Sophie

Hypothermie


Un soir d'automne. Maria est retrouvée pendue dans son chalet d'été sur les bords du lac de Thingvellir. Après autopsie, la police conclut à un suicide. Quelques jours plus tard, Erlendur reçoit la visite d'une amie de cette femme qui lui affirme que ce n'était pas "le genre" de Maria de se suicider et qui lui remet une cassette contenant l'enregistrement d'une séance chez un médium que Maria était allée consulter pour entrer en contact dans l'au-delà avec sa mère. Celle-ci lui avait promis de lui envoyer un signe. Au pays du fantastique et des fantômes, aussi dubitatif que réticent, le commissaire Erlendur, troublé par l'audition de la cassette, se sent obligé de reprendre l'enquête à l'insu de tous. II découvre que l'époux de Maria n'est pas aussi fiable qu'il en a l'air et ses investigations sur l'enfance de la suicidée, ses relations avec une mère étouffante vont le mener sur des voies inattendues semées de secrets et de douleur. Obsédé par le deuil et la disparition, harcelé par les frustrations de ses enfants, sceptique devant les croyances islandaises, bourru au coeur tendre, le commissaire Erlendur poursuit sa recherche sur lui-même et rafle tous les suffrages des lecteurs.

Alors qu'elle venait d'appeler son mari et que rien ne laissait présager son geste, Maria est retrouvée pendue. La police conclut à un suicide et classe l'affaire. Erlendur pressentant que tout n'est pas si simple, décide d'enquêter officieusement de son côté. En parallèle, il continue de chercher des indices au sujet de disparitions remontant à plus de trente ans...

Dans Hypothermie, Erlendur n'est pas aidé de ses complices Sigurdur Oli et Elinborg car il n'est pas censé s'occuper de cette affaire classée en suicide. On y retrouve toute l'obstination et la pertinence de cet enquêteur si particulier. Il est toujours aussi attachant et meurtri par la disparition de son frère, et aux prises avec ses enfants qui ne le ménagent pas. Sa fille s'est même mis dans la tête de le réconcilier avec son ex-femme avec qui il est en guerre froide depuis de nombreuses années.
Côté enquête, les fantômes, l'existence d'une vie après la mort, les expériences de mort contrôlée sont au coeur de cette triste histoire.
J'ai trouvé que Hypothermie se rapprochait de La femme en vert, mon préféré à ce jour.
Du pur bonheur nordique toujours trop court à mon goût.  Je suis une fan inconditionnelle d'Erlendur !

Publié dans La vache qui lit

Commenter cet article

Ingrid 15/02/2010 21:19


Tu m'as donné envie de faire connaissance avec cet auteur ! merci !


Les bonheurs de Sophie 15/02/2010 21:21



De rien Ingrid, c'est avec plaisir ! lance-toi tu verras c'est très très bien.



Isa 15/02/2010 20:33


Ton avis rejoint le mien je suis heureuse que tu l'aies dévoré et aimé autant que moi ! Vivement le prochain !!!! (euh en 2011 surement maintenant !)