La couleur des sentiments. (Kathryn STOCKETT)

Publié le par Les bonheurs de Sophie

La couleur des sentiments

Chez les Blancs de Jackson, Mississippi, ce sont les Noires qui font le ménage, la cuisine, et qui s'occupent des enfants. On est en 1962, les lois raciales font autorité. En quarante ans de service, Aibileen a appris à tenir sa langue. L'insolente Minny, sa meilleure amie, vient tout juste de se faire renvoyer. Si les choses s'enveniment, elle devra chercher du travail dans une autre ville. Peut-être même s'exiler dans un autre Etat, comme Constantine, qu'on n'a plus revue ici depuis que, pour des raisons inavouables, les Phelan l'ont congédiée. Mais Skeeter, la fille des Phelan, n'est pas comme les autres. De retour à Jackson au terme de ses études, elle s'acharne à découvrir pourquoi Constantine, qui l'a élevée avec amour pendant vingt-deux ans, est partie sans même lui laisser un mot. Une jeune bourgeoise blanche et deux bonnes noires. Personne ne croirait à leur amitié ; moins encore la toléreraient. Pourtant, poussées par une sourde envie de changer les choses, malgré la peur, elles vont unir leurs destins, et en grand secret écrire une histoire bouleversante.

 

J'ai ressenti beaucoup d"émotions différentes à la lecture de ce livre: de la colère, de la peine, de la compassion, de l'admiration et bien d'autres encore. A travers le récit de trois femmes de conditions et de couleurs différentes, nous découvrons la vie de ces employées noires au service des blanches. Leurs tâches mais aussi leurs rapports les unes vis a vis des autres. Aibileen est noire mais c'est elle qui élève Mae Mobley, petite blanche qui n'est pas la priorité de sa maman. Minny, est excellente cuisinière et elle c'est de sa patronne fragile dont elle doit s'occuper. Chez ces blancs, c'est le paraître et le rang social qui est important et le respect ou l'amitié comptent bien peu face au qu'en dira t-on ou à une réputation qui pourrait être ternie. Ces nounous ou bonnes noires sont admirables et d'une grande dignité. Elles souffrent de leur condition, de leur vie jalonnée d'épreuves en tous genres et toujours sans jamais se plaindre. L'auteur ne fait pas le procès des blancs, elle nous raconte simplement une histoire se basant sur sa propre enfance. C'est beau, fort et dramatique (j'ai refermé le livre les yeux mouillés) mais c'est aussi souvent drôle (mention spéciale à la vengeance de Minny) et plein d'espoir pour la race humaine.

Aibileen, Minny et les autres bonnes font partie des personnages qu'on voudrait voir vivre pour de vrai.

Un énorme coup de coeur, évidemment.coeur50

 

Je remercie beaucoup Canel pour le prêt de cette pépite.

Mr Canel a aussi mis un coeur (preuve que ce n'est pas un livre de filles !) et Opaline a adoré également.

 

LA PLU~1 (3)

Publié dans La vache qui lit

Commenter cet article

Sandrine(SD49) 11/06/2011 12:29


Gros gros coup de coeur pour moi aussi !


Joelle 22/05/2011 20:29


Un vrai coup de coeur pour moi aussi :) Ce sera un livre qui me restera longtemps en mémoire !


Lou 13/05/2011 22:17


C'est un livre que j'hésite à lire depuis sa sortie... j'ai même failli l'acheter à Londres (il était en promo :)) mais finalement j'ai choisi d'autres titres... je finirai bien par y venir, je
n'ai lu que des avis positifs !


vonnette 12/05/2011 23:15


Moi aussi j'ai adoré ce roman ! Je suis contente de voir que toi aussi tu l'as apprécié!


Valérie 12/05/2011 13:20


Il est dans ma PAL aussi mais un peu comme Manu, je finis pas avoir peur de tous ces coups de coeur. Ceci-dit, c'est sûr, je le lis avant la fin du mois.