La tour noire. (Louis BAYARD)

Publié le par Les bonheurs de Sophie

La Tour noire

Paris, 1818. Les expériences révolutionnaires et napoléoniennes ont vécu. Dans un pays en pleine confusion politique, les Bourbons, en la personne de Louis XVIII, sont de retour sur le trône. C'est dans ce contexte politique et social trouble qu'Hector Carpentier, un jeune étudiant en médecine, est soupçonné du meurtre d'un inconnu. Mais le directeur de la Sûreté nationale, François Eugène Vidocq, doute de la culpabilité d'Hector. Personnage mystérieux, féru d'investigations scientifiques et d'espionnage, Vidocq doit mettre tous ses talents en oeuvre lorsqu'il comprend que l'affaire est liée à la disparition du Dauphin, louis XVII, officiellement mort en 1795 à l'âge de dix ans à la prison du Temple, construite cinq siècles plus tôt par les Templiers. Alors qu'un tueur mystérieux continue à sévir dans les rues de Paris, commence pour Vidocq, secondé d'Hector, une enquête passionnante. Avec une intrigue mêlant politique, histoire et conspiration, et une reconstitution magistrale du Paris de l'époque, Louis Bavard nous offre, après Un oeil bleu pâle, un thriller historique de tout premier ordre, aux rebondissements incessants, à la tension et au suspense d'une rare intensité.

 

Après quelques chapitres un peu décousus, mais nécessaires peut-être pour à la mise en place de l'intrigue et à la présentation des personnages, je me suis laissée embarquer dans cette intrigue se déroulant dans le Paris du début XIXè.

Jusqu'à la toute dernière page, je me suis demandée qui était réellement le jeune Charles: Dauphin ou usurpateur ?

Hector Carpentier, jeune médecin en devenir et Vidocq, que l'on ne présente plus, vont tenter de répondre à cette question, au prix de quelques désagréments. Le journal tenu par le père d'Hector, médecin lui aussi et soigneur du jeune captif, est un élément clé (passionnant) qui permettra de comprendre le déroulement des faits.

Difficile de faire la part des choses entre la réalité historique et la fiction (d'autant plus quand on est comme moi, loin d'être au point question Histoire de France) . Louis Bayard mêle habilement les deux et a réussi à me captiver.

Les personnages sont attachants. Le duo Hector-Vidocq fonctionne à merveille et donne lieu à des dialogues savoureux. Certes ça manque un peu de suspense pour être palpitant et qualifié de "meilleur thriller de l'année" comme il est indiqué sur la couverture mais ce fut une lecture très agréable.

Louis Bayard est également l'auteur de Un oeil bleu pâle, que je lirai sans hésitation.

Un grand merci à Plume Libre pour m'avoir fait découvrir cet auteur.

Publié dans La vache qui lit

Commenter cet article

pom' 10/01/2011 08:57


je note


Opaline 02/01/2011 15:15


Devine!? Il est dans ma LAL et maintenant, j'ai encore plus hâte de le lire! En passant, une très belle année 2011 à toi, ma chère Sophie, beaucoup de bonheur, de la santé, de la joie et de belles
découvertes littéraires (en commun!)


Isa 02/01/2011 12:52


Pour une fois je suis moins tentée que d'habitude !!!!!! ouf !!!


Richard 02/01/2011 12:43


Bonjour Sophie,
J'ai lu "Un oeil bleu pâle" et j'avais aimé cette lecture.
Comme tu le dis si bien, rien d'haletant, manque un peu de punch mais c'est un bon moment de lecture ...