Le Bonsaï de Brocéliande. (Pascal MARTIN)

Publié le par Les bonheurs de Sophie

Le Bonsaï de Brocéliande

L'enfance de l'assassin a été massacrée. Il tue à la fois pour jouer et pour se venger ! " Dans un champ de menhirs en Bretagne, on découvre le cadavre mutilé de Nicolas de Kervelec, fils unique d'un couple richissime. Vivant reclus, avec des domestiques à sa disposition, Nicolas ne connaissait personne. Pour retrouver le meurtrier, son père, Jean de Kervelec, sollicite la discrétion de l'Œuvre, une organisation secrète. Eva entre alors en scène. Dotée d'un sang-froid et d'une sensibilité hors du commun, elle n'est ni profileuse, ni détective, juste une orthophoniste aux méthodes avant-gardistes. D'autres crimes suivent, atrocement mis en scène... Est-il possible qu'ils soient l'œuvre d'une seule et même personne ? Un suspense d'une rare ingéniosité qui sert un face-à-face implacable et jubilatoire entre Eva l'intuitive et le tueur machiavélique de la forêt de Brocéliande...

 

Eva n'est pas flic, elle appartient à l'Oeuvre, et elle est une Coureur de nuit. Orpheline, elle a eu une enfance difficile, a fait de la prison et a été contactée par Foch pour intégrer l'Oeuvre. Celle-ci a pour objectif de récupérer de grosses sommes d'argent, des héritages non réclamés par exemple. Eva est donc envoyée sur une affaire particulièrement horrible: un jeune garçon, seul héritier d'une grande famille, vient d'être retrouvé vitrifié parmi les menhirs. Eva va devoir collaborer avec la police pour tenter d'arrêter ce tueur fou.

J'avais découvert Pascal Martin et les Coureurs de nuit avec Le trésor du Magounia que j'avais dévoré. On retrouve ici l'Oeuvre et on fait connaissance avec un autre de ses membres, Eva. L'intrigue est intéressante, le tueur construit ses meurtres autour d'un plateau de jeu de l'oie et s'inspire des comptines enfantines pour effectuer ses mises à mort, ce qui donne lieu à des scènes assez horribles. Comme dans le précédent, j'ai beaucoup apprécié le côté mystérieux et glauque, renforcé ici par la forêt de Brocéliande et le rythme soutenu de l'intrigue.

Une lecture plaisante qui, au vu de la fin, appelle une suite avec les mêmes personnages.

Publié dans La vache qui lit

Commenter cet article

Cathie 17/11/2010 16:31


Il a l'air pas mal... Je le rajoute dans ma liste de cadeau de Noël !


Richard 17/11/2010 12:09


Je ne connais pas !!
Mais ta chronique m'a intrigué ... Je note.
Merci mon amie!


Isa 17/11/2010 10:56


Pffff j'arrive plus à suivre moi avec tout ce que tu proposes sans arrêt !!!