Le requiem des abysses. (Maxilme CHATTAM)

Publié le par Les bonheurs de Sophie

Le Requiem des abysses

Pour oublier le criminel qui a terrorisé Paris lors de l’Exposition universelle de 1900 et se remettre de leurs aventures, l’écrivain Guy de Timée et Faustine, la belle catin, se sont réfugiés au château d’Elseneur dans le Vexin. Mais là, dans une ferme isolée, une famille est assassinée selon une mise en scène macabre, alors que l’ombre d’une créature étrange rode dans les champs environnants…
Guy, dans sa soif de comprendre le Mal, de le définir dans ses romans, replonge dans ses vieux démons, endossant à nouveau ce rôle de criminologue, qui le conduit peu à peu, comme un profiler avant la lettre, à dresser le portrait du monstre. Pendant ce temps, à Paris, les momies se réveillent, les médiums périssent étrangement et les rumeurs les plus folles se répandent dans les cercles occultes…

 

Nous retrouvons Guy et Faustine quelques mois après leurs aventures parisiennes quelque peu mouvementées (voir Leviatemps). Pour se remettre de leurs émotions, ils ont choisi la campagne, mais leur repos va être de courte durée car un monstre sanguinaire s'en prend à des familles entières. Guy va alors se lancer à corps perdu dans cette enquête, fasciné par le Mal et ses racines, et retrouver des connaissances qu'il pensait de ne plus jamais revoir.

Une fois de plus, Maxime Chattam met en scène le Mal dans toute sa splendeur ou plutôt dans toute son horreur. Rien ne nous est épargné et les âmes sensibles auront de la peine avec certains passages. Ce deuxième opus ayant pour enquêteur, Guy de Timée, écrivain torturé et obsédé par la noirceur de l'âme, est tout simplement captivant. J'ai avalé la première partie se passant à la campagne sans parvenir à poser le livre. J'y ai trouvé tout ce que j'aime chez Chattam, du suspense, de l'horreur, des fausses pistes et de nombreux personnages pas très nets. La deuxième partie est dans la continuité directe de Leviatemps et boucle l'histoire de Guy et Faustine de façon magistrale, l'ambiance parisienne fin du XXe siècle donnant une dimension supplémentaire à l'intrigue. On croit savoir, on souffle et ça repart de plus belle. Je me suis faite balader jusqu'à la toute fin et j'ai refermé le livre à regrets. Du grand, du très bon Chattam !

Publié dans La vache qui lit

Commenter cet article

Mic 29/05/2011 20:47


Ah! très intéressant ... Je vais me remettre comme tous les ans à lire au moins un Chattam. Ce jeune auteur arrive merveilleusement bien à captiver son lectorat, j'aime comme toi, sa langue, ses
histoires et son petit côté d'interdit qu'il use d'une façon si délectable dans ses histoires. Je commencerai par Léviatemps avant d'attaquer "Le requiem des abbysses" très joli titre... Vivement
le mois de juin, le mois de juillet et le mois d'août où je vais enfin pouvoir me replonger dans la lecture et laisser de côté pour un temps le boulot! Je pense qu'il en sera de même pour toi, ma
Sophie. Je t'embrasse à bientôt, amitiés, MIC.


Manu 28/05/2011 22:00


Je viens de finir La trilogie du mal et je suis bien tentée de poursuivre avec celle-ci !


Les bonheurs de Sophie 29/05/2011 09:16



Si tu as aimé la trilogie du mal (qui reste une énorme claque pour moi) tu devrais apprécier ceux là Manu.



la grotte des livres 27/05/2011 20:30


Je ne connais pas du tout ces romans mais ton billet donne envie de les lire !


Les bonheurs de Sophie 29/05/2011 09:15



Tu as déjà lu Chattam ?



Valérie 27/05/2011 12:27


Alors, c'était comment les bouchons ce matin? Quand j'ai dit à mon mari que toi , tu pouvais écouter les audiolivres d' Audiolib dans ta voiture, il m'a dit: "Tu vois, il faut qu'on change de
voiture!". Hum, je préfère l'écouter encore un peu sur mon ipod.


Richard 27/05/2011 03:53


Je n'ai pas encore lu Leviatemps ... mais ça ne saurait tarder ... Un jour de pluie de juillet ... on commence un livre le matin, on le termine en après-midi et on court à la librairie pour acheter
la suite ...
J'adore les jours de pluie ... de temps en temps !!!


Les bonheurs de Sophie 29/05/2011 09:12



Il pleut en juillet chez toi Richard ? 


Et je confirme il se dévore.