Les neuf dragons. (Michael CONNELLY)

Publié le par Les bonheurs de Sophie

Neuf dragons

Harry Bosh est dépêché sur les lieux d’un meurtre, quelque part au Sud de Los Angeles : dans son
petit magasin de spiritueux Fortune Liquors, le vieux Monsieur Li a été abattu de trois balles dans
la poitrine. Secondé par l’Unité des Crimes Asiatiques en la personne de l’inspecteur Chu, Bosch
identifie rapidement un suspect, membre de la mafia locale chinoise. Cette triade, appelée Le
Couteau de la Bravoure, apprécie peu l’intrusion de la police dans ses affaires : les messages de
menace se succèdent, jusqu’à la terrible vidéo envoyée sur son portable : sa fille de treize ans, qui
vit à Hong-Kong avec sa mère, a été kidnappée...Déchiré entre sa volonté de confondre les
coupables et la nécessité de sauver sa fille à tout prix, Bosch est pris dans un engrenage terrifiant,
dont les conséquences transformeront sa vie à jamais.

 

Quand un petit commerçant chinois est assassiné à bout portant dans son magasin, Harry Bosch ne met pas bien longtemps à soupçonner une triade, mafia chinoise impénétrable et régie par des codes complexes. Il mène alors son enquête, bien décidé à faire tomber un suspect identifié. Très vite, il reçoit des menaces lui demandant de laisser tomber et surtout une vidéo montrant sa fille en bien mauvaise posture. Commence alors une course contre la montre pour tenter de retrouver Maddie, à l'endroit où elle vit avec sa mère : Hong-Kong.

Ca faisait un moment que je n'avais pas lu d'enquête d'Harry Bosch et je l'ai retrouvé tel que je l'avais quitté, amoureux de jazz, solitaire et pugnace. Pourtant, cette enquête nous montre un aspect jusqu'alors peu développé de sa personnalité : l'amour qu'il porte à sa fille. Sa volonté de la sauver va le pousser dans ses retranchements, l'amèner à la faute et mettre à mal ses certitudes. C'est un Harry déterminé mais vulnérable qui remonte la piste Hong-Kongaise. Pas de temps mort, du suspense, de l'émotion et un Harry Bosch dont la vie va être boulerversée font des Neuf dragons un Connelly sombre et efficace, à la fin bien amère.

 

Parution française le 5 mai 2011.

 

Je remercie beaucoup Babelio et les Editions du Seuil pour ces retrouvailles avec Harry Bosch.

 

 

 

 

 

Publié dans La vache qui lit

Commenter cet article

Anne 27/04/2011 18:28


Rien lu de cet auteur ; je suis une catastrophe. Mais j'avais tout de même repéré cette prochaine sortie. Comme je vois que tu l'as lu en avant-première et aimé, je me dis qu'il va falloir que je
lise au moins un de ses livres, quand même, c'est incroyable, ça ?!


Les bonheurs de Sophie 27/04/2011 18:52



Je vais te déculpabiliser Anne, il y a beaucoup de livres aux personnages récurrents que je n'ai jamais lus. Il faudrait des journées de 36H moi je dis !



Cathie 25/04/2011 22:12


Génial ! J'adore Michael Connelly !
Je vais dès demain voir à la bibliothèque s'ils l'ont ou s'ils ont prévu de l'acheter. Si non, il rejoindra les autres sur ma trèèès longue liste. Heureusement que la fête des mères approche !


Les bonheurs de Sophie 26/04/2011 10:19



Le plus dur ça va être de choisir LE livre à te faire offrir Cathie



gridou 25/04/2011 21:16


ooooh une nouvelle aventure de Harry Bosch ?! ça fait un moment que je n en ai pas lu...Je me suis arrêtée à wonderland avenue je crois...il faudrait que je me rafraichisse un peu la mémoire sur
ses aventures avant d entamer la suite ...


Les bonheurs de Sophie 25/04/2011 21:30



Comme toi je n'avais pas lu de Bosch depuis un moment Gridou mais ça ne gêne pas la lecture de celui-ci



Valérie 25/04/2011 20:49


Le seul Connelly que j'ai aimé, c'est Le Poète. Je trouve Harry Bosch sympathique mais je n'arrive pas à m'intéresser à ce que me raconte Connelly.


Les bonheurs de Sophie 25/04/2011 21:32



C'est vrai que les Connelly sont assez inégaux.



Richard 25/04/2011 19:21


Merci pour cette chronique ...
Je te conseille grandement de lire "Le poète" ... selon moi, son meilleur !!!
Bonne journée !


Les bonheurs de Sophie 25/04/2011 21:31



Devant autant d'enthousiasme pour ce Poète je ne vais pas résister longtemps !


A bientôt Richard.