Marie Joly. (Jean-Luc BIZIEN)

Publié le par Les bonheurs de Sophie

Marie Joly

C'est dans la maison de Marie Joly, oasis de paix au cœur du bocage normand, que Cécile va trouver refuge, en avril 1944, loin de Caen bombardé. Cette femme volontaire et émancipée, dentiste réputée, part seule avec sa mère - son mari, médecin, travaille à l'hôpital - et ne tarde pas à recueillir sous son toit quelques laissés-pour-compte dont elle s'emploie à assurer la subsistance. Aux problèmes quotidiens d'approvisionnement s'ajoutent bientôt, bien plus cruciaux, ceux de la cohabitation avec l'ennemi. La maison devient en effet une base arrière pour les troupes allemandes en attente du débarquement Cécile est obligée de composer avec les soldats de la Wehrmacht, puis avec les Waffen SS. Dans ce huis-clos étouffant, avec pour bruit de fond les rumeurs de la bataille, l'attente est insupportable. Les Anglais et les Canadiens découvrent pourtant avec suspicion cette maisonnée en bonne santé, et pour Cécile la libération sera une autre épreuve. Magnifique portrait d'une femme singulière confrontée aux exigences de la survie en temps de guerre, le roman de Jean-Luc Bizien, loin de tout manichéisme, livre un regard sensible et décalé sur quelques mois de la grande histoire que l'on croit connaître.

Jean-Luc BIZIEN fait à coup sûr partie de mes auteurs préférés. J'ai lu et adoré La chambre mortuaire La Main de Gloire qui sont des polars teintés d'histoire, La mort en prime time qui traitait de la télé-réalité et  je viens de terminer Marie Joly qui n'a rien à voir avec les titres cités précédemment.
On suit quelques mois de la vie de Cécile, jeune dentiste, durant la seconde guerre mondiale. Cécile va tomber sous le charme d'une maison ayant appartenu à une jeune actrice décédée, Marie Joly. Elle va faire de cette maison un  refuge où différentes personnes vont cohabiter, adultes, enfants, civils, militaires, allemands ou français. En ces temps de guerre et de privations en tout genre, les personnalités vont s'affirmer et des choix de survie vont s'imposer.

C'est un bien joli livre que je viens de terminer. Un portrait de femme courageuse, généreuse et altruiste. Une tranche de vie réaliste et émouvante dans un contexte difficile. Un  très beau moment de lecture que je dois une fois de plus à cet auteur talentueux qui a décidément bien des cordes à son arc.

Publié dans La vache qui lit

Commenter cet article

Canel 11/02/2010 21:03


Merci Sophie : je note ! :-)


Mic 11/02/2010 20:40


Bonjour Sophie,

Je vois que tu as apprécié ce livre, comme moi à l'époque. C'est vrai qu'on se fond dans cette histoire simple et réaliste, où les émotions sont présentes à chaque page. J'ai beaucoup aimé
l'épisode de la vache aveugle ... D'ailleurs tu m'as donné envie de relire ce livre, cet été sûrement ... Amitiés, MIC.


Les bonheurs de Sophie 11/02/2010 20:49


La vache aveugle, ce passage était plein de poésie mais très triste aussi !
Un bien beau livre !


Canel 11/02/2010 20:06


Ah, j'essaierai d'en trouver un de lui en poche ! merci pour l'idée !


MyaRosa 11/02/2010 16:00


Marie Joly? C'est le nom de ma grand-mère!
Il faut que je lui montre! Au moins, je ne risque pas d'oublier le titre!


Les bonheurs de Sophie 11/02/2010 16:02



C'est rigolo ça Mya !



Isa 11/02/2010 15:40


Non mais oh ça suffit maintenant de me tenter !