Opale. (Stéphane LEFEBVRE)

Publié le par Les bonheurs de Sophie

51y6A4eRjeL__SL500_AA300_.jpg

 

 Robin Mésange travaille pour l'Eclair boulonnais, un petit journal de la Côte d'Opale. Il y écrit des articles sur la vie locale, qui suffisent à financer sa passion pour la photographie et sa propension à la flemmardise.

Tout bascule lorsqu'il prend sur le vif la chute d'un désespéré du haut du Cap Blanc Nez. Les images à sensation se transforment en véritable scoop. Faux suicide ? Vrai meurtre ?

Robin ne sait pas encore qu'il va devenir tour à tour témoin, suspect, complice...au péril de sa vie, et se trouver mêlé à une affaire sordide.

 

Tout d'abord, ce livre se passe dans un contexte qui m'est non seulement familier mais très cher, puisque comme son titre le laisse supposer, il se passe sur la Côte d'Opale et à Boulogne sur Mer, ville où je suis née et où j'ai vécu de nombreuses années.

Il commence comme un fait divers avec le suicide d'un homme qui se jette du Blanc Nez mais très vite on comprend que quelque chose de plus glauque se cache derrière ce saut de l'ange. Ce n'est pas un flic qui mène l'enquête (même si les flics ou plus particulièrement une fliquette est présente tout au long du roman) mais un journaliste : Robin Mésange. Alors oui ça change des flics torturés, alcooliques, ou en proie à de sombres démons car ce Robin est une vraie bouffée d'oxygène. C'est un petit journaliste local mais il a l'art de se mêler de ce qui ne le regarde pas, de fureter, de s'accrocher et comme il est particulièrement perspicace, il avance avec des procédés pas toujours adaptés mais qui portent leurs fruits. Et puis Robin a un sérieux atout, il a des amis qui vont se révéler précieux.

J'ai été tout de suite embarquée dans cette histoire qui se passe chez moi. C'est très agréable de connaître les lieux et de mettre des images sur des rues, ou des quartiers. L'enquête est palpitante car pleine de fausses pistes et de rebondissements. Et la grande force de ce premier roman est sans nul doute le style de Stéphane Lefebvre, ses nombreuses références aux séries des années 80-90 et son humour présent tout au long du livre. J'ai souri et même éclaté de rire à plusieurs reprises. Je crois que je suis tombée légèrement amoureuse de Robin Mésange, je le quitte à regret et j'espère le retrouver un jour dans de nouvelles aventures.

Un coup de coeur ça c'est sûr !   amour-coeur-00011.gif

Publié dans La vache qui lit

Commenter cet article

Opaline 15/08/2010 22:06


Bon retour de vacances, chère Sophie! (enfin, je l'espère!)

Ici, c'est l'ancienne Élianthe, avec un nouveau pseudo, qui tombe drôlement bien avec ta lecture, dis donc! Je note!

J'attends de tes nouvelles en MP! À bientôt!


Isa en vacances à Arcachon ! 15/08/2010 20:47


Ouh encore une sacrée tentation !!!


Les Lutines 15/08/2010 20:09


J'ai passé mon enfance au Portel :o)))))) je n'habite pas très loin, un peu plus dans les terres... Demain je me commande ce livre, MERCI Sophie!!


Les bonheurs de Sophie 15/08/2010 20:44



Ah ? on était voisines alors ?


Je pense qu'il devrait te plaire car on y parle aussi du Portel, d'Outreau etc.


Bonne lecture alors, tu m'en diras des nouvelles.



Richard 15/08/2010 16:08


Et bien oui, mon amie Sophie !
Tu m'as encore convaincu !!!
Je ne connais pas cet auteur; il me fera plaisir de le rencontrer ... au détour d'une rue du pays de ton enfance.
Amitiés !


Les bonheurs de Sophie 15/08/2010 20:46



C'est une lecture bien agréable Richard, je serais ravie que tu le lises.