Passage du gué. (Jean-Philippe BLONDEL)

Publié le par Les bonheurs de Sophie

Passage du gué

 

Myriam et Thomas. Pour Fred, les revoir aujourd'hui, c'est une joie violente qui prend à la gorge, bouscule et donne une force inattendue. Il y a vingt ans, Fred a choisi de traverser, à leurs côtés, une épreuve qui n'était pas sienne. Pour leur éviter la noyade, il s'est tenu là, attentif, disponible, sans rien attendre. Avec tendresse et fermeté, il a tenu leurs têtes hors de l'eau. Une fois la tempête éloignée, il s'est effacé. Myriam, Thomas et Fred. S'ils ont survécu, c'est que le pari le plus insensé peut être tenu. C'est que la vie peut tout donner après avoir tout retiré.

 

Tout commence de façon banale, Fred, un homme qui rend visite à sa mère dans la ville de sa jeunesse, fait les magasins avec sa famille. Au passage en caisse, il se fige et reconnaît Myriam et Thomas qui ont fait partie de sa vie quelques années plus tôt et qu'il n'a jamais oubliés...

Nous sommes alors projetés 20 ans en arrière, au milieu des années quatre-vingts. Fred est pion dans un collège, il s'interroge sur son avenir, et un soir après les cours, il rencontre Myriam, prof d'arts plastiques dans le même collège. Sans rien savoir de sa vie, il va tomber amoureux, la désirer, vouloir faire partie de sa vie à tout prix.

Mais voilà, Myriam n'est pas libre, elle est en couple avec Thomas et au cours d'une soirée, elle va anéantir les rêves de Fred en révélant qu'elle est enceinte. Suivra un drame qui va les réunir tous les trois.

Fred va alors passer de statut de rival pour Thomas à celui de "béquille", d"onguent", de "pansement" pour ce couple à la dérive.

 

La construction du roman fait que l'on passe d'un personnage à l'autre. On rentre alors dans son intimité, ses pensées, ses ressentis, ses émotions. Les mots sont beaux, crus et cruels.

J'ai découvert Jean-Philippe BLONDEL grâce à Accès direct à la plage que j'avais beaucoup aimé. Passage du gué est complètement différent. J'ai trouvé ce livre très intime, douloureux et bouleversant. C'est une belle histoire d'amitié, d'attirances, d'amour qui se construit  sur un drame et qui permet à ses personnages d'avancer, de se soutenir pour enfin renaître.

Une belle plume pour un joli moment...

Publié dans La vache qui lit

Commenter cet article

Mic 11/04/2010 20:55


Je ne connaissais pas Jean-Philippe Blondel, un auteur discret comme tant d'autres. Mais grâce à toi, je vais le mettre dans un coin de ma tête pour cet été. Je suis toujours sensible à ces auteurs
qui ne font pas dans le people mais qui souvent ont la chance d'avoir un lectorat fidèle, parce que ce sont avant tout des auteurs populaires. Mot que détestent bien évidemment les
"Germano-Pratins"... A bientôt, Sophie, MIC.


Les bonheurs de Sophie 11/04/2010 21:12



JP BLONDEL est prof d'anglais à la base Mic...


Il a écrit pas mal de romans et je te conseille de le découvrir. Après on aime ou on n'aime pas !



MyaRosa 10/04/2010 11:42


Il à l'air vraiment bien ce livre. Dès que j'aurais bouclé mes partenariats, j'irai à la médiathèque voir si je trouve des livres de cet auteur. Merci Sophie!


Isa 10/04/2010 07:01


Tu vas devenir une inconditionnelle de Blondel !


Les bonheurs de Sophie 10/04/2010 09:15



C'est possible car je trouve que le monsieur écrit très bien.