L'hypnotiseur. (Lars KEPLER)

Publié le par Les bonheurs de Sophie

L'Hypnotiseur

Erik Maria Bark, un psychiatre spécialisé dans le traitement des chocs et traumas aigus, a longtemps été l'un des rares véritables experts de l'hypnose médicale. Jusqu'au jour où une séance d'hypnose profonde a mal, très mal tourné. Sa vie a frôlé l'abîme et, depuis, il a promis de ne plus jamais hypnotiser. Dix années durant, il a tenu cette promesse. Jusqu'à cette nuit où l'inspecteur Joona Linna le réveille. Il a besoin de son aide. Josef, un adolescent, vient d'assister au massacre de sa famille. Sa mère et sa petite soeur ont été poignardées, mutilées et dépecées sous ses yeux. Le corps lardé de centaines de coups de couteau, Josef vient d'être hospitalisé, inconscient et en état de choc. Mais il est le seul témoin du carnage et Joona Linna, pris dans une course contre la montre, veut l'interroger sans tarder. Car tout indique que l'assassin est maintenant aux trousses de la soeur aînée de Josef, mystérieusement disparue. Et pour lui, il n'y a qu'une façon d'obtenir un quelconque indice de l'identité du meurtrier : hypnotiser Josef. Tandis qu'il traverse un Stockholm plus sombre et glacial que jamais, Erik sait déjà que, malgré toutes ses protestations, il brisera sa promesse pour tenter de sauver une vie. Ce qu'il ne sait pas, c'est que la vérité que porte Josef va changer sa vie. Que son fils est sur le point d'être enlevé. Et qu'en réalité, c'est pour lui que le compte à rebours vient de commencer. Intrigue implacable, rythme effréné, richesse et complexité des personnages, écriture au cordeau, tout concourt à faire de L 'Hypnotiseur un thriller unique. La première enquête de l'inspecteur Joona Linna fait date.

 

Qui dit polar suédois sous-entend souvent peu d'actions et rythme lent. Mais pas ici ! L'intrigue tourne autour de la famille Bark : Erik le père psychiatre, accro aux médicaments, Simone la mère poule qui en a assez de son couple et Benjamin leur fils, atteint d'une maladie grave. Erik a la mauvaise idée d'hypnotiser Josef, un ado psychopathe, alors qu'il avait fait la promesse de ne plus avoir recours à l'hypnose après une séance qui avait mal tourné. Commence alors une course contre la montre car Benjamin a disparu et il faut le retrouver vite car il a besoin de ses médicaments. L'inspecteur Linna, coriace et efiicace est sur l'affaire...

J'ai eu du mal à entrer dans l'histoire, j'ai trouvé le début décousu et déroutant. Puis peu à peu l'intrigue se met en place et la deuxième partie du livre est captivante. Les passages sur l'hypnose et le métier d'Erik sont très instructifs et passionnants. L'histoire tient la route et les auteurs ( un duo se cache derrière le pseudo de Lars Kepler) maintiennent le rythme jusqu'au bout. Pourtant  quelques points m'ont gênée : j'ai trouvé par exemple que les malades ou blessés allaient mieux très vite pour se remettre à courir, que certaines scènes n'étaient pas du tout crédibles, (la scène finale est limite risible), un des personnages centraux trouve la mort de façon un peu trop simple en une page alors qu'il a été présent tout au long de l'enquête et enfin je n'ai pas réussi à m'attacher aux personnages : Erik est centré sur lui-même et sa femme manque de combativité. Par contre, Joona Linna est intéressant.

Ces quelques réticences font que j'ai passé un bon moment de lecture mais sans plus. Je reste cependant très attachée à cette collection et je lirai d'autres aventures de Jonna Linna si celles-ci sont traduites en France.

 

Canel, Paul Arre, et Isa ont apprécié à des degrés différents.

Un grand merci à Canel pour le prêt !

 

Publié dans La vache qui lit

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Julien 11/04/2011 12:52


Bonjour,

Moi j'ai bien aimé ce bouquin que je viens de terminer à l'instant (soi dit en passant, j'ai moins aimé le Syndrome E dont l'un de vous parle dans les commentaires précédents).
Il y a une chose que je n'ai pas pigé: soit j'ai loupé une page soit je n'ai vu personne dans le livre s'étonner que Joseph Ek soit retrouvé en état de quasi mort alors que c'est lui l'assassin sur
les lieux du crime où on le retrouve. Pourquoi s'est-il donné des dizaines de coups de couteaux lui même, comment, alors qu'ensuite une fois réveillé, il n'a qu'une hâte, c'est sortir pour
continuer à tuer.


Vonnette 06/11/2010 14:23


Je viens de le finir et j'ai aimé l'intrigue que j'ai trouvé originale et le rythme bien plus soutenu que d'autres policiers scandinaves. Quelques petites invraisemblances en effet mais j'attends
le second opus avec impatience !


Les bonheurs de Sophie 06/11/2010 14:52



C'est vrai que ça bouge et il s'en passe des choses pour un roman scandinave ! Je lirai la suite aussi avec plaisir.


Je suis contente que nous ayons partagé une lecture une fois de plus Vonnette, bon weekend !



Mic 02/11/2010 15:03


Bonjour Sophie,

Le formidable succès des éditions Acte Sud me fait plaisir (même si je n'en ai lu aucun pour l'instant). Car je sais qu'ils ont ramé "sévère" pendant une dizaine d'années, maintenant qu'ils ont
trouvé le concept de première page et les auteurs ... ils n'ont plus souci à se faire, bien que rien ne soit gagné à l'avance bien sûr ... amitiés, MIC.


Richard 02/11/2010 11:29


Merci Sophie pour ton billet .... je passerai donc mon tour ... !
Il y a tellement de bonnes lectures à faire.
À bientôt !


Les bonheurs de Sophie 02/11/2010 14:39



Il y a des avis bien plus enthousiastes que le mien Richard !



Canel 01/11/2010 12:03


Après l'excellent "Syndrome E", je comprends que tu aies mis un peu de temps à entrer dedans.
J'ai aussi adoré les passages sur l'hypnose.
J'ai détesté et survolé les toutes dernières pages, mais tellement aimé ce qui précède que je passe outre dans mon appréciation globale... Et oui, c'est vraiment limite les presque morts qui
retrouvent des forces herculéennes ! mais hélas pas si rare dans ce type de romans...
Par contre, j'ai oublié : qui meurt facilement ?
Marrant : je me suis + attachée à Erik qu'à Joona ! :-)


Les bonheurs de Sophie 02/11/2010 14:42



Oui j'ai trouvé qu'ils étaient sacrément costauds dans ce livre :)